Judith WOLFE

Judith Wolfe, fortement influencée au début par son père graphiste, est née à la peinture dans le sillage des expressionnistes abstraits américains, Jackson Pollock, De Kooning et Sam Francis, puis de celui de Egon Schiele et Oscar Kokoschka (dont elle fut une de ses dernières élèves).

Proche également de Joan Mitchell, Judith Wolfe vit entre Paris et la Bourgogne, sa terre d’adoption, ou elle a enfin posé ses valises, en complicité avec ses ânes.

Au terme  d’un itinéraire sans entrave de nomade, à travers les continents, Judith Wolfe esquisse le portrait d’une artiste revendiquant haut et claire sa liberté ; son travail porte la trace de ses errances.

Judith Wolfe ne peint jamais directement sur la toile : elle peint sur des papiers népalais ou japonais (entre autres) directement au sol : Papiers arrachés, déchirés, puis à nouveau collés et assemblés, avant d’être marouflés sur toile montée sur châssis ; il y a là comme un symbole des déchirements, de la précarité, mais aussi de la légèreté et une indéniable vitalité, qui n’est pas sans faire lien avec la formation de danseuse de l’artiste.

Sur le papier, les formes et les couleurs sont lyriques. Soit les noirs d’encre de Chine prédominent, avec une immense liberté d’expression, qu’elle maitrise parfaitement, soit l’explosion des couleurs primaires remporte la partie,  couleurs dispersées dans cette nature foisonnante de paysages réinventés : des rouges sang, des jaunes éblouissants, des bleus éclatants,  qui évoquent  les espaces infinis  d’outremer.

Héritière de l’ expressionnisme abstrait, Judith Wolfe n’est pourtant jamais dans l’abstraction pure.

Entre les arabesques, les éclaboussures, les bribes de phrases qui ponctuent son travail, apparaissent des formes, qui équilibrent sa peinture. Dans ses travaux parfois le corps est suggéré, silhouettes esquissées à l’encre de Chine comme autant de solitudes qui se croisent sur la toile.

Ces formes donnent à la peinture une sorte de plénitude teintée d’optimisme, qui fait écho aux convictions de l’artiste, à sa volonté de mettre l’être humain au cœur de sa démarche. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *